Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ». | Le Club de Mediapart

Architecture d'intérieur
Photo Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart

Lieux de rencontres, les librairies ouvertes par Antoinette Fouque ouvrent leurs portes jusque tard le soir. En coudoyant les milieux littéraires,, la militante a pu s'apercevoir à quel point les femmes occupent une place mineure dans le monde du livre. Elle lance sa propre maison d'édition, Les Editions des femmes en 1973. Les Librairies des femmes voient le jour à la même époque. Grâce aux Editions des femmes, Antoinette Fouque met au premier plan l'élan littéraire des femmes.

Antoinette Fouque fonde l’Observatoire de la Misogynie et le Club Parité 2000. Elle s'engage aux côtés de femmes en luttes telles que la Kurde Leyla Zana, la Birmane Aung San Suu Kyi et la Bangladaise Taslima Nasreen. Tous les combats féministes ont reçu l'appui d'Antoinette Fouque.

Enseignement et psychanalyse : lespremiers engagements d'Antoinette Fouque

Roland Barthes est son directeur de thèse. Antoinette Fouque prépare un Diplôme d'études approfondies (DEA). Elle côtoie l’écrivaine Monique Wittig au même moment. Elle est critique littéraire pour plusieurs sociétés d’édition et écrit des notes de lecture pour une 3e parallèlement à l'enseignement. Dès le début de la décennie 70, Antoinette Fouque débat sur la sexualité féminine avec Luce Irigaray, philosophe féministe.

Une figure de la cause des femmes

Antoinette Fouque et les autres militantes décident de déclarer le MLF comme une association, à la fin des années 70. La grande militante se met en retrait du MLF lors de son départ pour les USA au début des années 80. Le MLF est à cette période victime de luttes intestines et perd de l’influence. A la fin des années 80, lorsqu'elle rentre du pays de l'Oncle Sam, Antoinette Fouque lance l'Alliance des femmes pour la démocratie. Le MLF a vu son sigle déposé pour empêcher toute récupération par les partis.

C'est dans la cité phocéenne qu'elle passe une enfance paisible. Antoinette Fouque fait d'abord des études en région PACA avant de poursuivre à La Sorbonne pour étudier les Lettres. La Marseillaise rencontre son époux quand elle est étudiante. Antoinette Fouque a été à bonne école car son père est un militant syndicaliste.

La lutte d’Antoinette Fouque ne répond pas aux tentations du militantisme pur et dur, elle revendique son attachement à la maternité, qui n'est pas pour elle en contradiction avec avec la libération de la femme. "Le dictionnaire universel des créatrices" sort sous sa direction, il met en lumière quarante siècles de création des femmes. La théoricienne imagine le nom "féminologie", puisqu'elle abhorre les "-isme" qui, selon elle, réfèrent à une théorie. Bien sûr, Antoinette Fouque a écrit dans plusieurs livres collectifs comme "Génération MLF 1968-2008" ou "Mémoire de femme 1974-2004".